Votre voiture consommera-t-elle de l’eau ?

Saviez-vous que même les moteurs essence les plus modernes gaspillent près d’un cinquième de leur carburant ?

 

A hauts régimes notamment, une partie de l’essence utilisée sert en effet au refroidissement et non à la propulsion du véhicule. Afin d’éviter ce phénomène, les équipementiers Bosch et Plastic Omnium ont développé une technologie d’injection d’eau.

Lors d’une accélération rapide ou d’un trajet sur autoroute, par exemple, ce système permet d’économiser jusqu’à 13 % de carburant. Le moteur gagne également encore en efficacité grâce à des avances à l’allumage plus importantes. Enfin, la puissance moteur est augmentée tout en réduisant la consommation et les émissions de gaz d’échappement.

Actuellement, sur la quasi-totalité des moteurs essence, du carburant supplémentaire est injecté pour éviter une surchauffe. En s’évaporant, il refroidit des parties du bloc moteur. Les ingénieurs Bosch ont mis à profit ce principe physique en injectant un fin brouillard d’eau dans le conduit d’admission, juste avant l’inflammation du carburant dans le cylindre. Grâce à la grande capacité d’évaporation de l’eau, le moteur est refroidi efficacement.

Quels avantages ?  

La consommation n’est que de quelques centaines de millilitres d’eau aux 100 km. Le réservoir d’eau compact alimentant l’injection en eau distillée, ne doit être rempli que tous les 3000 kilomètres. Un réservoir vide ne constituerait toutefois pas un problème. Le moteur continuerait à fonctionner parfaitement, mais sans couple supplémentaire, ni baisse de la consommation obtenue par l’injection d’eau.

Un risque de rouille est-il à craindre ?

Non, car il ne subsiste aucune goutte d’eau dans la chambre de combustion. L’eau s’évapore avant la combustion dans le moteur et est intégralement rejetée dans l’environnement avec les gaz d’échappement.

Production en série

La BMW M4 GTS est le premier véhicule routier fabriqué en série à disposer d’un système d’injection d’eau innovant et d’avant-garde. Bosch prévoit de démocratiser largement cette solution dans les prochaines années.